Papa Koly à Guinéenews : « On a déjà loué un avion pour faire venir Dadis »

0
666

«  Il (Moussa Dadis Camara ndlr) ne viendra pas en tout cas par la mer. Il viendra soit par avion ou par la route et c’est imminent. On a déjà loué un avion et on attend qu’on nous donne les autorisations de survol et d’atterrissage pour aller le chercher »

Alors que des rumeurs les plus folles circulent tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays sur son rapprochement avec le président de l’UFDG, El hadj Cellou Dalein Diallo, le leader du parti Générations pour la Réconciliation, l’Union et la Prospérité (GRUP) vient de réagir. Dans une interview qu’il a accordée à notre rédaction  lundi 24 août 2015, El hadj Papa Koly Kourouma a indiqué que la présence du chef de file de l’opposition à la convention nationale de son parti ne signifie absolument pas qu’il se reprocherait de l’opposition. Le ministre conseiller à la présidence est également revenu sur la récente arrestation de ses militants à Guéckedou ainsi que sur la protestation des femmes de N’Zérékoré sur le retour de Dadis qu’il dit être imminent. Lisez…

El hadj Papa Koly on apprend qu’il y a certains de vos militants qui seraient encore bloqués à Guéckedou. Est-ce que vous confirmez cela ?

Papa Koly : Non ! Ce n’est pas vrai. Mes militants ont été libérés depuis quelques jours. Ils  ont pu participer à la convention et actuellement, ils sont entrain de faire des travaux techniques pour pouvoir retourner avec tout ce qu’il faut, leur permettant d’aborder la campagne dans les bonnes et dues formes.

Alors dites-nous pour quelle raison ces militants avaient été arrêtés ?

Papa Koly : Posez la question à messieurs le Préfet et le Gouverneur qui sont les administrateurs territoriaux qui ont causé tout ce problème. Mais, je crois qu’en sortant on a pu régler le problème et l’incident est aujourd’hui clos. Mais toujours est-il que nous nous sommes dit que ce sont les administrateurs territoriaux incompétents, indélicats et gelés qui ont fait que cela est arrivé.

‘’ Toute personne qui va maintenant empêcher mes militants, on va en découdre’’

C’est bien d’accuser les administrateurs territoriaux, mais nous nous avions appris que les véhicules transportant vos militants n’étaient pas aussi dans les normes.

Papa Koly : Vous savez quand on fait des bêtises on ne cherche pas à les régler,  mais à les cacher en trouvant des arguments fallacieux. Comment est-ce qu’on peut trouver des gens dans des véhicules entrain de traverser une préfecture et dire qu’il y a un attroupement illégal. Où est cet attroupement illégal ? Et s’il y a un véhicule qui n’a pas de papier c’est le véhicule ou le chauffeur qu’on verbalise. Ce n’est pas le contenu qu’on prend en faisant des photos comme si c’étaient des mercenaires. J’avoue franchement que le pays a des problèmes, la gouvernance locale a des problèmes parce qu’on met des incompétents qui n’ont ni argument ni bilan. Ils pensent que pour pouvoir défendre leur position administrative, il faut faire plaisir au chef. On ne fait pas plaisir au chef en s’opposant à un autre parti politique. Si on veut faire plaisir au chef, on trouve des militants, on descend sur le terrain pour mouiller le maillot et on fait en sorte de sensibiliser les gens pour adhérer aux idiots du chef. Mais, ce n’est pas en faisant des bêtises aussi grossières qu’on va se mettre à dire qu’on est administrateur territorial. Et je crois que c’est un ultimatum que je lance à ces gens là, toute personne qui va maintenant empêcher mes militants on va en découdre. Nous nous sommes calmés jusqu’à maintenant parce que nous pensons que ce n’est pas de notre nature de vouloir nous énerver mais ils en font un peu de trop.

Est-ce que cette situation n’avait pas un lien avec vos sorties médiatiques ces derniers temps ?

Papa Koly : Mais justement, la sortie médiatique incite à cette bêtise.

Mais pourquoi malgré tout, vous continuez à occuper votre fonction de ministre conseiller à la présidence ?

Papa Koly : Mais c’est pour vous dire qu’il n’y a pas de problème entre nous. C’est justement ces indélicats, ces zelés là qui pensent qu’il y a un problème ou il faut créer un problème. Mais entre nous, il n’y a pas de problème.

Autre question, on a vu le président de l’UFDG à vos côtés lors de la convention de votre parti. Et pour certains, vous vous rapprochez de l’opposition.

Papa Koly : ça c’est une grosse erreur et Cellou Dalein même vous a dit qu’il est un ami à moi. Il est ami et il reste un ami. Nous avons des divergences politiques, mais nous sommes et resterons des amis. Il n’est secret pour personne que le feu président Lansana Conté était un ami personnel à moi et pendant plusieurs années. Donc tous ceux qui l’ont servi sont des amis à moi et il y en a avec lesquels nous avons tissés de très bons rapports. J’étais à Air Afrique lorsque Cellou Dalein était ministre des transports. Vous comprendrez qu’on avait tout le temps besoin du ministre des transports et on a toujours eu satisfaction avec lui. Et c’est là nous avons tissé des relations de fraternité et d’amitié qui continuent à nous lier. Nous sommes encore des amis et nous restons des amis. Mais, cela ne voudrait pas dire que je vais dans l’opposition. NON ! Pas du tout. Moi, je suis respectueux de mes engagements. J’ai opté pour un programme de gouvernement avec le président Alpha Condé même si aujourd’hui les bilans de ce programme de gouvernement sont négatifs, je reste là. Et nous devons défendre ce programme. Ce qui est entre nous (Alpha Condé et lui) est interne et cela n’a rien à  avoir avec aller dans l’opposition. Les gens peuvent se détromper.

On change de sujet avec cette autre actualité du côté de N’zérékoré où malgré l’appel au calme lancé par Dadis Camara, les femmes continuent leur sit-in pour demander son retour.

Papa Koly : La grève des femmes est une expression du cœur. C’est le cœur qui parle. Sinon moi personnellement je ne suis pas partisan du règlement des affaires dans la rue. Le problème qui se pose maintenant est loin d’être un problème social, c’est un problème politique. Nous devons pouvoir trouver une réponse politique par rapport à la question et ça fait longtemps que je l’ai dis. Moi je n’aime pas du tout qu’on règle des problèmes dans la rue en s’exposant et en rendant les choses compliquées et très difficiles et après chacun essaie de défendre sa position même si elle n’est pas juste. Moi je pense qu’on est entrain de trouver une réponse politique à cette question politique qui se pose. C’est l’occasion d’ailleurs de demander à mes mamans qui sont assises à l’OSSUD de bien vouloir accepter rentrer à la maison. En lieu et place du sit-in ou de la grève de la faim, faire beaucoup de prières et de bénédictions pour le retour en santé de leur enfant. Je pense que cela porte mieux que d’aller s’exposer à la maladie ou à des administrateurs territoriaux qui ne comprennent rien du tout, qui ne savent pas ce que c’est qu’administré. Dans ce pays on n’aime pas les gens qui disent la vérité. Moi je ne brûlerais pour personne car je sais que demain il y a un au-delà et on doit se préserver de brûler pour quelqu’un. Je voudrais aussi informer ces administrateurs territoriaux que tout ce qu’ils m’entendent dire à la radio c’est que je l’ai dis avant à un niveau plus élevé. Comment est-ce qu’on peut se mettre à qualifier les rapports entre un employé et son employeur ? Vous voyez qu’ils sont ensemble, ils montent et descendent malgré les sorties médiatiques. Mais en fait, c’est parce que c’est quelqu’un qui est démocrate, qui comprend la réalité, qui comprend le langage. Il (Alpha Condé ndlr) sait que ces gens là (administrateurs territoriaux) sont des menteurs et il l’a toujours dit.

Où en sommes nous aujourd’hui justement par rapport au retour de Moussa Dadis Camara puisque vous aviez annoncé récemment qu’il arriverait dans cinq (5) jours ?

Papa Koly : C’est une question opérationnelle. Dans mon expression, je voulais dire plusieurs choses à la fois. Premièrement, qu’il n’y avait aucun blocage et rien ne pourrait permettre un blocage. C’est justement les fonctionnaires véreux, incompétents et zelés qui nous amènent à cela. Ça n’a jamais été l’ordre du gouvernement. Vous avez écouté le porte-parole du gouvernement et sa réponse est claire. Ce qui veut dire que le gouvernement en tant que tel n’a pas mené ça et si c’étais le cas c’est honteux. Deuxièmement, je voulais également dire que le président Moussa Dadis est libre de rentrer en Guinée. Le président Alpha, le ministre de la justice et toute la classe politique ont répété la même chose. Maintenant pourquoi on pense aujourd’hui qu’il peut être bloqué ? Je ne pense pas et quand on donne cinq (5) jours ce n’est pas cinq jours francs. Attendez cinq jours ouvrables, c’est une question d’opérationnalisation. Il ne viendra pas en tout cas par la mer. Il viendra soit par l’avion ou par la route et c’est imminent. On a déjà loué un avion et on attend qu’on nous donne les autorisations de survol et d’atterrissage pour aller le chercher. On n’a rien à cacher.

Entretien réalisé par Facely Konaté

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE