Conakry : un policier et deux de ses acolytes poursuivis pour l’assassinat d’une jeune fille

0
97

Le meurtre de mademoiselle Aminata Bah, en début février 2010, avait créé l’émoi au quartier Concasseur, dans la commue de Dixinn. Revenant de l’anniversaire d’une amie, Aminata Bah avait été dépouillée de son porte-monnaie et de son téléphone avant de se faire poignarder par ses agresseurs. Ce lundi, 13 novembre 2017, les accusés dans cette affaire ont comparu au Tribunal de Première Instance de Dixinn, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Le policier Mohamed Cissé, alias « Guinée », Aboubacar Dioubaté et Mamadou Alpha Bah sont les présumés auteurs de la mort de la jeune fille, âgée de 23 ans à l’époque des faits. Ils sont poursuivis pour association de malfaiteurs et assassinat, des faits prévus et punis par les articles 784 et 803 du Code Pénal.

Appelé à la barre par juge Mangadouba Sow, le policier Mohamed Cissé, détenu depuis le 29 novembre 2010, est revenu sur les circonstances de l’assassinat de la fille. « Ce soir là, j’étais avec Aboubacar Dioubaté. Il m’a dit que la fille était sa femme. Quand il a commencé à se bagarrer avec elle, il y a un homme qui s’est interposé. Aboubacar m’a dit de m’occuper du monsieur. J’ai foncé vers l’homme mais avec mon allure je suis tombé. Entre temps, avec des ciseaux, Aboubacar Dioubaté a poignardé la fille », a-t-il dit.

Le juge Mangadouba Sow a rappelé qu’à l’enquête préliminaire « Aboubacar Dioubaté a dit qu’il vous a donné les ciseaux pour que vous poignardiez l’homme qui s’était interposé. Il a précisé que vous avez raté l’homme pour atteindre la fille ». Une remarque contestée par le policier qui a réitéré ses propos selon lesquels, c’est Dioubaté qui a poignardé la fille.

Le procureur Alphadio Barry a demandé au policier ce qu’il faisait nuitamment avec des jeunes. « On était juste ensemble, et c’est le petit frère à un ami à moi ». Et le procureur de renchérir « pourquoi n’avez-vous pas cherché à séparer la jeune fille et Aboubacar Dioubaté ? Dans quel état étiez-vous ? »

L’accusé a répondu qu’il était saoul au moment des faits. « Je n’étais pas normal sous l’effet de l’alcool. Quand j’ai voulu intercepter l’homme qui aidait la fille, je suis tombé. C’est après, quand ils ont dit que la fille a été poignardée, j’ai pris peur et je me suis enfuis », a-t-il expliqué.

Appelé à la barre, Boubacar Bah, le père de la victime, n’a pu retenir ses larmes. « J’ai six garçons et Aminata était ma seule fille. Elle devait passer le brevet en 2010. Elle est allée à l’anniversaire d’une de ses amies. Mais, tard la nuit, on a entendu des cris qui disaient ‘’ils ont pris mes téléphones’’. Quand un peu plus tard je suis sorti, elle était couchée à terre. On l’a prise pour l’amener à une clinique de Concasseur. Mais, ceux là nous ont orientés vers Donka. C’est là qu’elle a rendu l’âme. A mon retour, on m’a informé que les gens avaient réussi à maitriser un des assaillants, en la personne d’Aboubacar Dioubaté. Pendant la journée aussi, le nommé Mamadou Alpha Bah a été mis aux arrêts. Je réclame justice, que la loi soit appliquée », a dit le marchand.

Par la suite, le juge Mangdouba Sow a demandé la comparution de l’homme qui s’était interposé lors de la bagarre et qui a maitrisé Aboubacar Dioubaté. Il s’agit d’un certain Dramane Condé. Le tribunal a également demandé la comparution de Kolemou Justin Niankoye, un des premiers voisins venus secourir la fille et qui fait partie des gens qui ont maitrisé Aboubacar Dioubaté.

En attendant ces comparutions, le dossier a été renvoyé au lundi 27 novembre prochain.

Il faut rappeler que les deux autres accusés, à savoir Mamadou Alpha Bah et Aboubacar Dioubaté sont détenus à la maison centrale depuis le 15 février 2010, il y a de cela 7 ans 9 mois.

Alpha Mamadou Diallo

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE